Cloudposting propose de nouveaux services aux recruteurs

Cloudposting est un outil permettant de multi-diffuser ses offres d’emploi sur de nombreux sites web. Lancée en 2012, la société étoffe son offre en proposant de nouveaux services aux recruteurs.

Au-delà de la mutli-diffusion d’offres sur les sites carrières, les sites d’écoles et les réseaux sociaux, la start-up bordelaise prépare des services de gestion des candidatures et de tests de compétences.

Ces services seront proposés avec un spécialiste français du secteur. Nous allons proposer deux nouveaux services aux recruteurs comme la gestion des candidatures (ATS) en partenariat avec un acteur français et des tests de compétences techniques intégrés au processus de recrutement” annonce le président fondateur de la société, Alexandre Xiradakis.

Cloudposting s’est ouvert à l’international en novembre 2012 et dispose aujourd’hui de plus de 20 000 offres d’emploi provenant de plus de 1 000 entreprises françaises et qui sont envoyées vers 600 sites internationaux.

Vers la disparition de la distinction entre candidats passifs et actifs

L’étude menée par CareerBuilder révèle une statistique éloquente :

  • 74% des travailleurs déclarent rechercher activement un nouveau poste ou être ouverts à de nouvelles opportunités
  • 35% des travailleurs déclarent réfléchir à leur futur emploi quelques semaines après en avoir commencé un autre

La faute probablement à la multiplication des sources d’offres d’emploi. les candidats, même s’ils ne sont pas en recherche active reçoivent des opportunités d’emploi et n’hésitent pas à utiliser tous les canaux pour se tenir informés de l’activité de leur secteur.

Le marché du recrutement se complexifie dans l’informatique

Une récente étude publiée par Pôle Emploi prévoit un ralentissement des recrutements dans l’informatique. Il ressort également que certains des postes les plus difficiles à pourvoir se situent dans ce secteur.

Cette étude illustre les difficultés que rencontrent les recruteurs pour satisfaire leurs besoins en recrutement. Le secteur informatique est, tous secteurs confondus, le secteur dans lequel les recrutements sont les plus difficiles à réaliser. La faute à une évolution permanente des techniques et à un manque récurrent de diplômés sur certaines fonctions (J2EE, C++, Linux, Oracle, ingénierie réseaux…). Aujourd’hui, plus de deux tiers des recrutement sont jugés difficiles dans le secteur.

Les prévisions de recrutement sont de plus prévues à la baisse cette année. Selon Pôle Emploi, l’année 2013 devrait se situer en decà des recrutement de l’année précédente : 42 285 contre 43 986 sur le territoire national. A noter que cette tendance va à l’encontre du marché qui prévoit une hausse générale des recrutements par rapport à 2012.

image

EmploiDigital.com, le nouveau né des Jobboards

Le site lancé mi-mars se spécialise sur les métiers du numérique et entend bien se faire un place de choix parmi les jobboards.

Lancé à l’initiative du cabinet Hureca, le site propose déjà plusieurs offres notamment dans les secteur du webmarketing, et de la technique assez bien réparties parmi les régions françaises.

Côté recruteurs, les tarifs sont relativement accessibles puisqu’il en coûtera 499€ pour la mise en ligne d’une annonce durant un mois. Une offre compétitive en comparaison avec les autres acteurs du secteur et en accord avec la cible commerciale qui vise davantage les petites structures.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur emploidigital.com

Jobboards mobiles : l’avenir du recrutement

Les premiers jobboards 100% mobiles ont été lancés en 2012 et sont la dernière tendance technologique à impacter le monde du recrutement. S’ils ne sont pas encore indispensables aux recruteurs et aux candidats, ces terminaux consitutent certainement l’avenir du recrutement mobile.

Rue de l’Emploi, Jobaroundme sont actuellement les deux applications de recrutement les plus populaires sur le territoire français. Il faut dire que la hausse des ventes vertigineuse de smartphones ces 3 dernières années promet aux recruteurs un moyen facile de toucher des candidats, comme l’a fait internet il y a une quinzaine d’années.

En 2012, les applications ont enregistré une augmentation des téléchargements de 61%, alors qu’en comparaison le trafic web stagne. Le mobile rattrappe son retard et les premiers jobboards à explorer ce terrain en profitent.

Les avantages évidents sont les fonctions natives proposées par les smartphones : la géolocalisation, le push d’offres, la mobilité, les outils photos et vidéos… Le mobile est à même d’apporter un vrai plus au candidats dans leurs démarches de recherche d’emploi. Aujourd’hui, 90% des jeunes diplômés se disent prêts à utiliser leurs smartphones dans leurs recherches d’emploi.

Reste un obstacle de taille : l’ergonomie de la saisie des données. A l’heure actuelle, le CV mobile a encore bien du retard à rattrapper sur son équivalent web. Il est encore difficile de rédiger et mettre en forme un CV depuis un smartphone. C’est pourquoi les jobboards mobiles viennent aujourd’hui en complément des jobboards web et sont davantages utilisés comme des extensions.

Le Graph Search come outil de recrutement

Graph Search is a powerful recruiting tool. » a déclaré Mark Zuckerberg. Cet outil qui ne laisse personnes indifférent s’appreterait-il à bouleverser le social recruitment ?

Nul doute que Facebook et la mine d’informations qu’il possède peut être l’outil de recrutement dont rêvent les RH. A quelques mois de la sortie du Graph Search, beaucoup annoncent Facebook comme étant en passe de devenir la plus grande cvthèque du monde.

Ainsi, grâce au Graph Search, les recruteurs pourront rechercher parmi leur réseau qui travaille dans telle entreprise, à quel poste, depuis combien de temps. Certes, ces informations restent encore très incomplètes pour procéder à un recrutement, mais avec le croisement de données et les utilisations multiples des adresses mail, on imagine mal Facebook se priver  d’un accès aux données posséedées par d’autres réseaux sociaux.

Lance Haun a pu tester le Graph Search pour le comparer avec le moteur de recherche de membres de Linkedin, et il est apparu que Linkedin donnait de bien meilleurs résultats.

On ne doute pas que Facebook invitra prochainement les membres à remplir la partie professionnelle de leurs profils dans son optique de professionnalisation. Reste à régler les problèmes de confidentialité déjà dénoncés entre autres par Tom Scott