Le Brésil se lance dans la course aux startups

Après le Chili l’été dernier, c’est au tour du Brésil de chercher à attirer les startups internationales. 

Pour cela, le plus grand pays d’Amérique latine s’est doté d’un programme de 70 millions de dollars visant à développer la création d’entreprises locale, et donc l’emploi, mais également à attirer les jeunes entreprises étrangères qui souhaitent s’installer sur place.

Ce fonds financé par un partenariat public / privé prévoit des aides allant de 9 000$ à 94 000$ selon les critères attribués. Les entreprises étrangères se verront également accompagnées dans leurs démarches d’obtention de visas.

Nous voulons encourager l’entrepreunariat dans le domaine des technologies de l’information. Il s’agit d’un domaine d’une importance stratégique pour le développement des affaires au Brésil » a déclaré Marco Antonio Raupp, le Ministre brésilien des Sciences, de la Technologie et de l’Innovation. « Alors que le programme chilien vise à attirer des startups internationales souhaitant échanger des connaissances avec la communauté locale, nous souhaitons attirer des entreprises qui veulent explorer le marché brésilien et s’installer dans la durée.”

Yatedo propose une offre de recrutement

Le moteur de recherche de personnes français prévoit de lancer dans les prochaines semaines une offre de recrutement.

Yatedo a été lancé en 2009, à l’heure de l’explosion et de la toute puissance des réseaux sociaux. Le nombre de profils de personnes disponibles sur le web augmentant sans cesse, Amyne Berrada et Saad Zniber décident de créer un moteur de recherche explorant le web et les profils de personnes disponibles.

Le site a rapidement rencontré le succès et bénéficie aujourd’hui d’une audience mensuelle de 5 millions de visiteurs uniques, dont 70% viennent des Etats-Unis. L’algorithme de Yatedo explore les réseaux sociaux, sites web de conférences, blogs, sites d’écoles… dans le but de référencer le maximum de profils présents sur le web.

C’est donc tout naturellement que Yatedo s’apprête à proposer une offre drecruteurs dans les prochaines semaines. Cet outil sera basé sur des filtres permettant aux utilisateurs d’affiner leurs recherches pour trouver le candidat idéal. On imagine en effet aisément la puissance que possède un tel outil à l’heure du Big Data.

L’outil serait actuellement en phase de test par quelques grands comptes.

Le classement des sites emploi en février 2013

Mediametrie a publié son classement mensuel des sites Emploi / Carrière. Durant le mois de février, près de 13.4 millions de française se sont rendus sur ces sites. Chiffre peu étonnant compte-tenu des records récemment battus par le chômage.

  1. Pôle Emploi : Sans surprise, Pôle Emploi conserve la tête de ce classement aisément dominé. Avec plus de 6.1 millions de visiteurs uniques et un temps moyen de visite de 27 minutes 31 secondes, la concurrence paraît bien faible. 13.5% des internautes français se sont rendus sur le site de Pôle Emploi lors du mois de février 2013.
  2. Indeed : Indeed progresse et devance désormais LeBonCoin. L’agrégateur d’offres d’emploi, filiale de Recruit Holdings atteint 1.988 visiteurs uniques, mais reste relativement bas en terme de temps de visite du fait qu’il ne propose pas directement de contenu (8 minutes 18 secondes).
  3. Leboncoin : La rubrique emploi de LeBonCoin avec 1.9 million de visiteurs uniques arrive en troisième position. A noter que la filiale du groupe norvégien Schibsteb est également dans le Top 5 des sites immobilier, automobile, mode et beauté. Comme quoi, quand on répond à un besoin…
  4. Monster : L’historique jobboard américain est de retour dans le top 5 des sites les plus visités. 1.181 millions de vues pour un temps de visite moyen de 8 minutes 44 secondes lors du mois de février 2013.
  5. Cadremploi : le site de Figaro Classifieds enregistre une audience de 1.13 million de visiteurs uniques par mois. Il devance de peu l’APEC mais enregistre un temps de visite assez faible (6 minutes 24 secondes)

Les français méfiants sur l’utilisation de leurs données personnelles

L’infographie résultant de l’étude réalisée par eclairagepublic.net révèle que les français se montrent encore très prudents vis à vis de l’utilisation qui est faite de leurs données personnelles.

Ainsi, encore 30% des personnes interrogées déclarent prendre des mesures pour préserver leurs données personnelles. Il s’agit du type de profil le plus représenté dans cette étude devant les 22% des personnes se posant des questions sur la confiance accordée aux entreprises privées et publiques. A contrario, 27 % des personnes interrogées estiment pouvoir tirer bénéfice du partage de leurs données.

On apprend également dans l’étude que les sujets jugés les plus personnels sont les dossiers de santé, les amis (?) et le téléphone fixe, loin devant la localisation ou les produits consommés.

Enfin, les principales sources d’inquiétude pour les personnes interrogées sont l’usage des données par des entreprises ou associations, la vente des donées à des tiers et la perte des données par les entreprises. Pour rendre les choses plus acceptables, les solutions plébiscitées sont la possibilité de retirer les données, le fait de pouvoir consulter ces mêmes données et la connaissance exacte des données recueillies.

Les RH vues par les salariés

Les résultats de l’étude réalisée par Opinion Way – LabRH révèle l’existence d’un important fossé entre les ressources humaines et les salariés. Des résultats éloquents révélant les carences de pédagogie et de communication des RH vers leurs salariés.

La méconnaissance de la fonction RH

  • 32% des salariés interrogés ne sont pas en mesure de citer une seule mission de la fonction RH
  • 52% sont capables de n’en citer qu’une
  • A la question “Quelles sont les missions de la direction des ressources Humaines ?”, les réponses sont le recrutement (29%), la gestion des carrières (10%), la gestion des plannings et l’accompagnement (8%), la formation (5%), la gestion des paies (4%) et la gestion des entretiens (1%)

Un niveau de satisfaction faible

  • 58% des salariés se disent satisfaits de la politique RH de leur entreprise
  • 46 % se disent satisfaits des possibilités de formation
  • 45% se disent satisfaits des perspectives d’évolution
  • 44% des salariés estiment la politique Rh de leur entreprise juste, 44% l’estiment réactive, 43% équitable, 43% à l’écoute et 42% moderne.

Si ces manques de reconnaissance de la fonction RH peuvent se corriger par des actions de communication, encore faut-il oser le faire…

Etude sur l’emploi dans la fonction publique

La dernière étude de l’Insee sur l’emploi dans la fonction publique publiée le 16 avril dresse un bilan avantageux de l’emploi dans la fonction publique.

Au total, 5.5 millions de travailleurs en France sont employés dans les fonctions publiques d’Etat, territoriale et hospitalière. On apprend dans cette étude basée sur l’année 2010, qu’au niveau salarial, les fonctionnaires sont mieux lôtis que les salariés du privé avec un salaire moyen de 2 459 € nets contre 2 082 € pour leurs homologues. La hausse des salaires dans la fonction publique en 2010 a été de 2.3%, avec une plus nette augmentation pour les jeunes de moins de 30 ans qui ont pu bénéficier  d’une hausse salariale de 3.5%. En revanche, cette hausse n’est que de 1.6% pour les plus de 50 ans et de 0.5% pour les 10% d’agents les mieux rémunérés (salaire supérieur à 3 456 €).

Au sujet de la parité homme / femme, si la fonction publique peut se vanter de réussir mieux que le privé, il reste encore des disparités à combler. L’écart de salaire entre hommes et femmes est de 13.9% (14.4% en 2009) contre 28% dans le privé. Ces écarts sont encore plus nettement visibles chez les cadres (Catégorie A) avec 18.3% d’écarts, contre 9.7% chez les agents de catégories B et 11.5% chez les agents de catégorie C.