86% des cadres parisiens souhaitent quitter l’Ile-de-France

Un sondage réalisé par le Journal du Dimanche et Cadremploi révèle que les cadres parisiens vivent assez mal leur situation professionnelle.

Ainsi, ils seraient 86% à songer à quitter l’Ile-de-France dans les prochaines années et même 70% à envisager une reconversion professionnelle totale.

La première raison invoquée par les cadres interrogés pour justifier ce mal-être est l’équilibre entre vie professionnelle et privée (27% des réponses). Suivent ensuite l’intérêt pour la ville ou la région et les prix de l’immobilier (18% des réponses). Ainsi, ils seraient 27% à rêver de s’installer dans le Sud-Ouest. Mails s’ils souhaitent quitter Paris, les cadres ne souhaitent pas pour autant abandonner la vie citadine : 83% d’entre eux opteraient pour une ville supérieure à 50 000 habitants.

Vers une augmentation des dépenses marketing

Nielsen a interrogé un panel d’entreprises sur leur budget prévisionnel en marketing pour l’année 2013. Et il ressort que les dépenses prévues sont à la hausse par rapport à l’année précédente.

Et pour une personnes interrogée sur cinq, cette augmentation pourrait dépasser les 20%. Les grands bénéficiaires de cette augmentation sont le mobile (69% des interrogés prévoit d’augmenter leur budget) et la publicité vidéo (64%). A contrario, le grand perdant semble être le domaine de la télévision connectée pour lequel 67% des sondés ne prévoient aucun budget.

Les râleurs seraient plus performants

Selon l’étude réalisée par Leadership IQ, un cabinet américain basé à Atlanta, les employés les plus performants ne seraient pas ceux qualifiés de fortement engagés, mais bien les râleurs, les toujours mécontents, ceux qui en demandent toujours plus.

Toujours selon l’étude, le problème vient du fait que, le nombre d’employés modèles étant relativement faible, peu d’employeurs parviennent à manager correctement cette catégorie de personnes. A contrario, les employés râleurs sont mieux connus et mieux appréhendés par leurs responsables, qui savent en tirer le maximum.

Cette particularité aurait pour conséquence de générer un fort mécontentement. chez les “meilleurs” candidats qui se sentiraient floués à cause d’un management par le bas visant à améliorer la productivité des moins bons employés.

Lefebvre Software acquiert Cezanne Software et devient Talentia

La société éditrice de solutions de gestion d’entreprise qui a récemment intégré la société européenne Cezanne Software change de nom et devient Talentia Software.

Cette acquisition, la 5e en moins de 6 ans pour Lefebvre Software, va permettre à l’entreprise française de renforcer ses positions sur les marchés européens et américains. “Il nous paraissait essentiel de fédérer sous une marque internationale l’ensemble de nos filiales et de nos collaborateurs, et d’offrir à nos clients une gamme de solutions à la fois intégrées et modulaires pour une gestion optimale de la performance de l’entreprise. Le nom de Talentia est porteur de nos valeurs et de notre attachement à accompagner nos clients, dans le pilotage de leur gestion financière et de leur capital humain, au cœur des enjeux stratégiques et économiques de toute société » déclare Viviane Chaine-Ribeiro, Présidente de Talentia Software.

Lefebvre Software connaît un développement étonnant, puisque son chifre d’affaires a presque doublé entre 2008 et 2012, période pourtant difficile sur le plan économique, pour atteindre 46.1 millions d’euros.

Le nouveau groupe issu de cette fusion accompagne ainsi 3 600 clients au niveau international avec des perspectives financières intéressantes, puisque le groupe a pour objectif d’atteindre les 60 millions d’euros de chiffre d’affaires d’ici la fin de l’année 2013.

Le Brésil se lance dans la course aux startups

Après le Chili l’été dernier, c’est au tour du Brésil de chercher à attirer les startups internationales. 

Pour cela, le plus grand pays d’Amérique latine s’est doté d’un programme de 70 millions de dollars visant à développer la création d’entreprises locale, et donc l’emploi, mais également à attirer les jeunes entreprises étrangères qui souhaitent s’installer sur place.

Ce fonds financé par un partenariat public / privé prévoit des aides allant de 9 000$ à 94 000$ selon les critères attribués. Les entreprises étrangères se verront également accompagnées dans leurs démarches d’obtention de visas.

Nous voulons encourager l’entrepreunariat dans le domaine des technologies de l’information. Il s’agit d’un domaine d’une importance stratégique pour le développement des affaires au Brésil » a déclaré Marco Antonio Raupp, le Ministre brésilien des Sciences, de la Technologie et de l’Innovation. « Alors que le programme chilien vise à attirer des startups internationales souhaitant échanger des connaissances avec la communauté locale, nous souhaitons attirer des entreprises qui veulent explorer le marché brésilien et s’installer dans la durée.”

Yatedo propose une offre de recrutement

Le moteur de recherche de personnes français prévoit de lancer dans les prochaines semaines une offre de recrutement.

Yatedo a été lancé en 2009, à l’heure de l’explosion et de la toute puissance des réseaux sociaux. Le nombre de profils de personnes disponibles sur le web augmentant sans cesse, Amyne Berrada et Saad Zniber décident de créer un moteur de recherche explorant le web et les profils de personnes disponibles.

Le site a rapidement rencontré le succès et bénéficie aujourd’hui d’une audience mensuelle de 5 millions de visiteurs uniques, dont 70% viennent des Etats-Unis. L’algorithme de Yatedo explore les réseaux sociaux, sites web de conférences, blogs, sites d’écoles… dans le but de référencer le maximum de profils présents sur le web.

C’est donc tout naturellement que Yatedo s’apprête à proposer une offre drecruteurs dans les prochaines semaines. Cet outil sera basé sur des filtres permettant aux utilisateurs d’affiner leurs recherches pour trouver le candidat idéal. On imagine en effet aisément la puissance que possède un tel outil à l’heure du Big Data.

L’outil serait actuellement en phase de test par quelques grands comptes.