réseaux-sociaux

52% des recruteurs font des recherches sur les réseaux sociaux

Une récente étude menée par CareerBuilde révèle que 52% des employeurs ont déjà fait des recherches sur des candidats sur les réseaux sociaux avec le but d’en apprendre plus sur leurs éventuels futurs collaborateurs. Voici ce qui peut vous favoriser ou nuire à votre candidature sur les réseaux sociaux.

CareerBuilder a donc décidé de mener une étude pour étudier le comportement des recruteurs face aux réseaux sociaux au moment de recruter un nouveau collaborateur. Il en ressort un chiffre impressionnant : 52 % des employeurs ont déjà fait des recherches sur des candidats sur les réseaux sociaux. De plus, parmi ceux qui n’ont pas encore adopté cette pratique, 15% ont l’intention de s’y mettre. Et ces recherches influent sur la sélection des candidats. Parmi les recruteurs ayant déjà fait des recherches sur les réseaux sociaux, 41 % ont trouvé du contenu qui les a convaincus de ne pas recruter un candidat et 28 % ont trouvé du contenu qui les a fait douter d’une candidature.

Parmi les outils utilisés, on retrouve logiquement en tête Facebook, le roi des réseaux sociaux qui est utilisé par 55% des recruteurs. Suivent ensuite Linkedin (45%), Twitter (26%) et Google + (23%). Les sites de partage d’images sont eux aussi analysés : Instagram a déjà été utilisé par 14% des recruteurs, et Pinterest par 8% d’entre eux.

Ce qui peut vous nuire sur les réseaux sociaux

La suite de l’étude s’intéresse à ce qui a nuit aux candidats dont le nom a été recherché sur les réseaux sociaux. Voici la liste des critères qui jouent le plus souvent en la défaveur des candidats :

  • Le candidat a menti sur ses compétences (32 %)
  • Le pseudonyme du candidat manquait de professionnalisme (28 %)
  • Le candidat critiquait sa dernière entreprise ou ses collègues (24 %)
  • Le candidat avait posté des informations sur sa consommation d’alcool ou de drogue (23 %)
  • Le candidat partageait des informations confidentielles sur son précédent employeur (21 %)
  • Le candidat avait mis en ligne des photos ou informations déplacées ou provocantes (20 %)
  • Le candidat avait fait des commentaires discriminatoires sur la race, le sexe, la religion, etc. (18 %)
  • Le candidat manquait de compétences en communication (18 %)
  • Le candidat postait trop souvent (18 %)
  • Le candidat avait menti à propos d’une absence (18 %)
  • Le candidat avait des liens avec un comportement criminel (13 %)

Ce qui peut jouer en votre faveur sur les réseaux sociaux

A l’inverse, 42% des recruteurs qui ont effectué des recherches sur un candidat sur les réseaux sociaux disent y avoir trouvé des informations qui les a incités à recruter un candidat. Voici donc la liste de ce qui peut jouer en votre faveur sur les réseaux sociaux :

  • Le candidat était créatif (33 %)
  • Ils ont pu évaluer la personnalité du candidat et ont pensé qu’il pourrait bien s’intégrer à l’entreprise (33 %)
  • D’autres personnes avaient posté d’excellentes références (28 %)
  • Le candidat avait de très bonnes compétences en communication (28 %)
  • Le site du candidat relayait une image professionnelle (26 %)
  • Les renseignements supplémentaires sur le candidat confirmaient sa qualification pour le poste (23 %)
  • Le candidat avait reçu des prix et récompenses (17 %)
  • Le candidat était équilibré (17 %)
  • Le candidat avait communiqué avec les comptes de l’entreprise sur les réseaux sociaux (16 %)
  • Le candidat avait mis en ligne une vidéo engageante ou un autre type de contenu (14 %)
  • Le candidat avait de nombreux followers ou inscrits (13 %)

Vous avez donc de nombreuses pistes qui vous permettront d’améliorer votre image de marque en ligne. Les réseaux sociaux font désormais partie intégrante des processus de recrutement et il vous faut les prendre en compte au moment de postuler, pour corriger ce qui peut vous nuire ou pour améliorer ce qui peut jouer en votre faveur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.