cybersecurite

Recruteurs : et si vous profitiez de l’été pour apprendre le Talent Hacking ?

La rentrée ne s’annonce pas des plus simples pour les recruteurs qui vont devoir apprendre à composer avec la pénurie de candidats qui risque de durer. Après avoir pourvu, non sans difficulté, les besoins en main-d’œuvre saisonniers dans le secteur touristique et agricole, et avant de devoir affronter une nouvelle vague de recrutement dès la rentrée, les recruteurs ont quelques semaines de répit. L’occasion de se mettre à jour sur les nouvelles pratiques de recrutement, et en particulier le Talent Hacking. Décryptage.

Le Talent Hacking, une technique de sourcing RH qui s’inspire du growth marketing

Le Growth Hacking vient du marketing. Inventé à la fin des années 90, il s’agit d’une technique qui vise à limiter au maximum les coûts d’acquisition de leads, ou de prospects. La méthode est simple : il s’agit de trouver des tips ou des astuces techniques, pour toucher plus de gens et de soigner son message pour les convertir en client. Appliqué au recrutement, le Growth Hacking vise à utiliser des “hacks” ou des “trucs” pour trouver plus de profils qualifiés, générer des candidatures et obtenir des CV sans dépenser de sommes astronomiques en cabinet de chasse. C’est une solution qui vise à faire baisser les coûts d’un recrutement, et s’appuie notamment sur l’automatisation de la recherche de CV et de l’approche candidats.

La méthode AARRR pour gérer ses embauches comme un véritable hacker du recrutement

Les bases du marketing digital s’appuient sur un cycle de vente, ou tunnel de vente en 6 étapes. Voici à quoi elles correspondent dans le domaine du Talent Hacking.

A comme Acquisition de CV

Le but est d’utiliser des outils d’automatisation pour débusquer les talents et approcher des profils qualifiés. Logiciels de recrutement, prospection semi-automatisée sur les réseaux sociaux, stratégie de contenus pour attirer les candidats : il existe plusieurs manières d’attirer à soi des candidats sans dépenser une fortune en chasse par approche directe. Utiliser la technologie permet de cibler les profils recherchés et de concentrer son budget sur les étapes de qualification et de conversion du recrutement, plutôt que sur le sourcing.

A comme Activation de l’intérêt du candidat

L’activation vise à engager les talents que l’on cherche à capter dans un processus d’embauche. Certains profils sont rares, et les candidats souvent démarchés. Cette étape est donc cruciale. Elle consiste à transformer l’offre d’emploi en véritable proposition de valeur. Fini les listes de missions à rallonge, le recruteur doit désormais rédiger un contenu engageant pour donner envie de rejoindre l’entreprise. Il s’appuie alors que les compétences d’un Copywriter RH, spécialiste dans l’art d’utiliser les mots pour séduire. Pour les entreprises qui ont travaillé leur marque employeur, c’est aussi le moment de valoriser leurs atouts.

R comme Rétention de talents (ou fidélisation à l’embauche)

Dans le marketing, la rétention correspond au moment où l’on fidélise ses prospects ou sa communauté. Cette étape fait référence à la fidélisation des talents, mais elle concerne aussi les premiers échanges avec le candidat. Attention à ne pas le faire fuir avec des process à rallonge ou des entretiens d’embauches mal menés ! On parle alors d’expérience candidat.

R comme Revenue ou amortissement des coûts d’embauche

Appliqué au recrutement, la conversion renvoie à un onboarding réussi. La fidélisation dans les premières semaines après l’embauche est un enjeu majeur. Des départs précipités sont un véritable échec pour le recruteur comme pour l’entreprise, surtout quand on sait que le coût d’un recrutement raté s’échelonne entre 30 000 et 150 000 euros selon les profils ! Au contraire, un onboarding réussi permettre au collaborateur de trouver sa place dans l’entreprise et de créer rapidement de la valeur.

R comme Referral ou expérience candidat réussie

Dernière étape et non des moindres : faire parler de vous (en bien). C’est le principe de la recommandation qui permet de générer de nouveaux candidats pour vos prochains recrutements. Une expérience candidat réussie génère de la fidélisation et de l’engagement. C’est aussi l’occasion de transformer vos nouvelles recrues en véritables ambassadeurs de la marque employeur.

7 outils de Growth Hacking à utiliser d’urgence pour booster ses recrutements !

  • Utiliser les techniques du Talent Hacking nécessite bien souvent de s’appuyer sur des outils innovants et intelligents. Parmi les plus utilisés, on peut citer :
  • Hunter ou Rocket Reach pour trouver l’adresse e-mail des profils ciblés ;
  • SalesQL pour enregistrer des profils Linkedin facilement ;
  • Phantom Buster ou Waalaxy pour envoyer des messages automatisés à des personnes sur Linkedin répondant à un ensemble de critères (métier, secteur d’activité, entreprise, etc.) ;
  • Buffer ou Hootsuite pour gérer tous ses réseaux sociaux à un seul endroit et programmer ses contenus pour booster sa notoriété employeur ;
  • Instapage ou Système.io pour générer des landing page unique pour ses offres d’emploi ;
  • Crystal pour rédiger des messages personnalisés en fonction de la personnalité et des habitudes de navigation du candidat ;
  • Jobtrends pour identifier les mots-clés les plus recherchés par les candidats sur Indeed et rédiger son offre en fonction.


Si vous êtes recruteur, testez ces outils durant l’été. On parie que vous ne pourrez plus vous en passer à la rentrée !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.