développement réseau

Le réseau professionnel jugé indispensable à la réussite

Une étude menée par HEC au féminin, HEC Alumni, Ipsos et le Boston Consulting Group révèle que la grande majorité des professionnels jugent l’utilisation du réseau comme indispensable à la réussite professionnelle. Ils sont cependant seulement 15% à estimer que leur démarche de réseautage est bien construite et efficace.

Le réseau jugé indispensable mais mal exploité

Dans cette étude menée auprès de 600 cadres, le réseautage apparaît bien comme un élément obligatoire de la réussite professionnelle. 66% des personnes interrogées jugent que le réseau est une étape obligatoire pour réussir, un chiffre qui atteint même 86% pour les moins de 30 ans. En revanche, et c’est là le grand paradoxe de cette étude, seulement 15% des répondants affirment que leur réseau fait l’objet d’une démarche bien construite. 59% des personnes interrogées reconnaissent à ce sujet, qu’il s’agit là d’un vrai travail, dont la méthodologie s’apprend au fil des années. En effet, 73% des cadres interrogés reconnaissent manquer de temps pour développer leur réseau professionnel.

Un bon réseau comprend plus de 50 personnes

Interrogées ensuite sur ce qui fait un bon réseau, les cadres qui ont répondu à cette enquête ont placé la barre à 50 personnes. Une majorité de personnes ayant atteint ce seuil s’estime dotée d’un bon réseau. A ce sujet, l’étude constate l’existence d’une taille à partir de laquelle les personnes prennent conscience de l’importance de leur réseau : « Au-delà de 50 personnes, plus de la moitié des répondants souhaitent consacrer davantage de temps à leur réseau contre 31% de ceux ayant un réseau de moins de 20 personnes« .

Le réel plus efficace que Viadeo et Linkedin

Même si ce chiffre progresse d’année en année, les réseaux sociaux professionnels ne parviennent toujours pas à convaincre une majorité de cadres puisque 44% d’entre eux les jugent utiles dans le développement de leur réseau. Les rencontres réelles restent le premier outil cité par les cadres pour se construire un réseau. Les réseaux sociaux professionnels comme Viadeo ou Linkedin sont plus utilisés par les personnes interrogées comme un carnet d’adresse que comme un véritable outils de networking.

Les femmes visent plus la qualité que dans la quantité

L’étude s’est également attardée sur les différences de comportement entre hommes et femmes en matière de réseautage. Il apparaît notamment que les femmes misent davantage sur la qualité de leurs relations que sur leur quantité. Alors que les réseaux des hommes comptent en moyenne 72 membres, celui des femmes est composé en moyenne de 50 personnes. La raison est que les femmes ont tendance a davantage miser sur la confiance et la proximité avec leurs contacts que les hommes, qui privilégient la quantité des contacts.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.