Les français sont appréciés à l’international

Jonathan Wolf, responsable de l’équipe produit pour Criteo a récemment publié un texte sur Linkedin faisant l’éloge des salariés français et conseillant aux multinationales de se précipiter sur la main d’œuvre française. Son texte, lu plus de 100 000 fois fait grand bruit dans le monde du recrutement.

Jonathan Wolf n’a pas fait dans l’originalité pour choisir l’image de son article, un homme en marinière avec un béret, une baguette et un verre de vin rouge. Pourtant, son article fait beaucoup de bruit dans le milieu du recrutement puisqu’il exhortes les entreprises internationales à se ruer sur les français et vante les mérites des diplômés des grandes écoles françaises.

Diplômé d’Oxford et d’Harvard, Jonathan Wolf a recruté des personnes aux quatre coins du monde et décrit les principales qualités qui font un bon salarié, et pourquoi les français sont plus susceptibles de les posséder.

Capacité d’analyse, créativité et aisance sociale

Selon Jonathan Wolf, la capacité d’analyse la valeur ajoutée d’un employé et que les écoles françaises, avec leur enseignement approfondi des mathématiques forment à l’exploitation des données si précieuse sur le marché de l’emploi.

La créativité serait un autre atout majeur des français. Pourtant pu encouragée dans l’enseignement, elle serait le fruit d’un héritage littéraire qui privilégierait la critique à l’apprentissage par cœur. Cette capacité serait un bon point des salariés français selon lui.

Enfin, au sujet de l’aisance sociale, l’auteur évoque le charme latin qui facilite les relations commerciales. Les français sont un mélange entre le charme des pays du sud et la rigueur des pays du nord, ce qui permet aux français d’occuper autant de postes dans le management international.

Le mérite des grandes écoles

Pour expliquer la source des capacités professionnelles des français, Jonathan Wolf encense les grandes écoles et leur système élitiste qu’il qualifie de très bon. Mais suite à une centaine de commentaires, Jonathan Wolf a compris qu’il s’agissait là d’un sujet très controversé en France. En effet, on déplore souvent dans notre pays les écarts entre l’enseignement dans les grandes écoles et les le système universitaire.

Retrouvez ici le texte de Jonathan Wolf (en anglais)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.