Le télétravail progresse

Aujourd’hui, près de 17% des français pratiquent le télétravail, une tendance à la hausse et qui concerne la moitié des entreprises du CAC 40.

Le livre blanc résultant du Tour de France du Télétravail, premiers chiffres officiels depuis 2006, dégage les contours de cette tendance. On y apprend ainsi que si la France compte encore un certain retard par rapport aux pays scandinaves ou les taux atteignent 25%, notre pays n’a rien à envier à ses voisins.

Ainsi, 48% des entreprises du CAC 40 se sont engagées à favoriser le travail à distance pour leurs salariés. Cependant, la culture managériale, et le manque de confiance accordée reste le premier obstacle à un déploiement massif. “La culture managériale reste à ce jour le frein n° 1 à l’expansion du travail à distance. Selon les résultats de notre étude, 78 % des dirigeants d’entreprise doutent de l’efficacité de leurs collaborateurs en télétravail ; mais ils ne sont plus que 41 % après l’avoir pratiqué » déclare ainsi Frantz Gault de Carlson Wagonlit Travel France.

Les avantages du télétravail pour les entreprises sont pourtant nombreux. Au delà des avantages dont profitent les salariés (qualité de vie, autonomie…), il apparaît que les entreprises favorisant le travail à distance enregistrent jusqu’à 20% d’absentéisme en moins et réalisent jusqu’à 30% d’économies sur les frais immobiliers.

Téléchargez le livre blanc sur www.tourdefranceduteletravail.fr

Vers la disparition de la distinction entre candidats passifs et actifs

L’étude menée par CareerBuilder révèle une statistique éloquente :

  • 74% des travailleurs déclarent rechercher activement un nouveau poste ou être ouverts à de nouvelles opportunités
  • 35% des travailleurs déclarent réfléchir à leur futur emploi quelques semaines après en avoir commencé un autre

La faute probablement à la multiplication des sources d’offres d’emploi. les candidats, même s’ils ne sont pas en recherche active reçoivent des opportunités d’emploi et n’hésitent pas à utiliser tous les canaux pour se tenir informés de l’activité de leur secteur.

Le marché du recrutement se complexifie dans l’informatique

Une récente étude publiée par Pôle Emploi prévoit un ralentissement des recrutements dans l’informatique. Il ressort également que certains des postes les plus difficiles à pourvoir se situent dans ce secteur.

Cette étude illustre les difficultés que rencontrent les recruteurs pour satisfaire leurs besoins en recrutement. Le secteur informatique est, tous secteurs confondus, le secteur dans lequel les recrutements sont les plus difficiles à réaliser. La faute à une évolution permanente des techniques et à un manque récurrent de diplômés sur certaines fonctions (J2EE, C++, Linux, Oracle, ingénierie réseaux…). Aujourd’hui, plus de deux tiers des recrutement sont jugés difficiles dans le secteur.

Les prévisions de recrutement sont de plus prévues à la baisse cette année. Selon Pôle Emploi, l’année 2013 devrait se situer en decà des recrutement de l’année précédente : 42 285 contre 43 986 sur le territoire national. A noter que cette tendance va à l’encontre du marché qui prévoit une hausse générale des recrutements par rapport à 2012.

image

EmploiDigital.com, le nouveau né des Jobboards

Le site lancé mi-mars se spécialise sur les métiers du numérique et entend bien se faire un place de choix parmi les jobboards.

Lancé à l’initiative du cabinet Hureca, le site propose déjà plusieurs offres notamment dans les secteur du webmarketing, et de la technique assez bien réparties parmi les régions françaises.

Côté recruteurs, les tarifs sont relativement accessibles puisqu’il en coûtera 499€ pour la mise en ligne d’une annonce durant un mois. Une offre compétitive en comparaison avec les autres acteurs du secteur et en accord avec la cible commerciale qui vise davantage les petites structures.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur emploidigital.com

Broadbean indexe maintenant les profils Viadeo

Broadbean, le spécialiste de la multi-diffusion d’offres d’emploi a enrichi son outil de recherche de CV en y intégrant les 7 millions de profils français de Viadeo.

Broadbean avance stratégiquement ses pions. Initialement lancé pour être un outil de multi-diffusion d’offres d’emploi, le site a lancé il y a un peu plus d’un an un outil de recherche de CV. Jusqu’ici connecté à 5 sites partenaires : RegionsJob, eFinancialCareers, DoYouBuzz, CareeBuilder et Linkedin, l’offre a été enrichie des CV du premier réseau social professionnel français.

Les réseaux sociaux sont également dans le viseur de Broadbean puisque l’entreprise a développé un outil de diffusion d’offres d’emploi sur les pages Facebook et les fils Twitter de ses clients. 

Jobboards mobiles : l’avenir du recrutement

Les premiers jobboards 100% mobiles ont été lancés en 2012 et sont la dernière tendance technologique à impacter le monde du recrutement. S’ils ne sont pas encore indispensables aux recruteurs et aux candidats, ces terminaux consitutent certainement l’avenir du recrutement mobile.

Rue de l’Emploi, Jobaroundme sont actuellement les deux applications de recrutement les plus populaires sur le territoire français. Il faut dire que la hausse des ventes vertigineuse de smartphones ces 3 dernières années promet aux recruteurs un moyen facile de toucher des candidats, comme l’a fait internet il y a une quinzaine d’années.

En 2012, les applications ont enregistré une augmentation des téléchargements de 61%, alors qu’en comparaison le trafic web stagne. Le mobile rattrappe son retard et les premiers jobboards à explorer ce terrain en profitent.

Les avantages évidents sont les fonctions natives proposées par les smartphones : la géolocalisation, le push d’offres, la mobilité, les outils photos et vidéos… Le mobile est à même d’apporter un vrai plus au candidats dans leurs démarches de recherche d’emploi. Aujourd’hui, 90% des jeunes diplômés se disent prêts à utiliser leurs smartphones dans leurs recherches d’emploi.

Reste un obstacle de taille : l’ergonomie de la saisie des données. A l’heure actuelle, le CV mobile a encore bien du retard à rattrapper sur son équivalent web. Il est encore difficile de rédiger et mettre en forme un CV depuis un smartphone. C’est pourquoi les jobboards mobiles viennent aujourd’hui en complément des jobboards web et sont davantages utilisés comme des extensions.