Evaluer le travail collaboratif

C’est la tendance : de plus en plus d’entreprises favorisent le travail collaboratif qui permet de réduire les coûts et d’améliorer la performance. Mais il est encore difficile pour les employeurs d’évaluer le ROI de ces mesures. Volometrix propose une solution d’évaluation en SaaS qui analyse les messages échangés pour en déduire la performance.

Et cette solution reçoit le soutien des investisseurs et permet à la start-up de lever 3.3 millions de dollars de Shasta Ventures, qui l’avait déjà soutenue l’année dernière à hauteur de 1.6 million de dollars.

Les râleurs seraient plus performants

Selon l’étude réalisée par Leadership IQ, un cabinet américain basé à Atlanta, les employés les plus performants ne seraient pas ceux qualifiés de fortement engagés, mais bien les râleurs, les toujours mécontents, ceux qui en demandent toujours plus.

Toujours selon l’étude, le problème vient du fait que, le nombre d’employés modèles étant relativement faible, peu d’employeurs parviennent à manager correctement cette catégorie de personnes. A contrario, les employés râleurs sont mieux connus et mieux appréhendés par leurs responsables, qui savent en tirer le maximum.

Cette particularité aurait pour conséquence de générer un fort mécontentement. chez les “meilleurs” candidats qui se sentiraient floués à cause d’un management par le bas visant à améliorer la productivité des moins bons employés.

Le télétravail progresse

Aujourd’hui, près de 17% des français pratiquent le télétravail, une tendance à la hausse et qui concerne la moitié des entreprises du CAC 40.

Le livre blanc résultant du Tour de France du Télétravail, premiers chiffres officiels depuis 2006, dégage les contours de cette tendance. On y apprend ainsi que si la France compte encore un certain retard par rapport aux pays scandinaves ou les taux atteignent 25%, notre pays n’a rien à envier à ses voisins.

Ainsi, 48% des entreprises du CAC 40 se sont engagées à favoriser le travail à distance pour leurs salariés. Cependant, la culture managériale, et le manque de confiance accordée reste le premier obstacle à un déploiement massif. “La culture managériale reste à ce jour le frein n° 1 à l’expansion du travail à distance. Selon les résultats de notre étude, 78 % des dirigeants d’entreprise doutent de l’efficacité de leurs collaborateurs en télétravail ; mais ils ne sont plus que 41 % après l’avoir pratiqué » déclare ainsi Frantz Gault de Carlson Wagonlit Travel France.

Les avantages du télétravail pour les entreprises sont pourtant nombreux. Au delà des avantages dont profitent les salariés (qualité de vie, autonomie…), il apparaît que les entreprises favorisant le travail à distance enregistrent jusqu’à 20% d’absentéisme en moins et réalisent jusqu’à 30% d’économies sur les frais immobiliers.

Téléchargez le livre blanc sur www.tourdefranceduteletravail.fr