Une image positive de l’interim

Dans le contexte actuel de crise de l’emploi, Le Prisme a publié les résultats de son étude sur la perception qu’ont les travailleurs et les employeurs de l’interim : le travail temporaire a toujours la côte !

Ainsi, quelques 88% des intérimaires déclarent avoir une bonne opinion de l’interim (dont 35% une très bonne opinion). Et les raisons de cette opinion positive viennent principalement de l’intérêt du travail (93%), de l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle (93), de l’accompagnement des agences (92%), de la rémunération (85%) et des délais entre les missions (82%)

Pour ce qui est de l’arrivée des travailleurs dans l’interim, seuls 56% ont eu recours au travail temporaire après une période sans emploi. 28% des employés sont étudiants et 12 % sont en poste. L’interim correspond donc plus à la volonté d’accéder rapidement à l’emploi (65%) plutôt que l’incapacité à trouver un CDD ou un CDI (28%). Les intérimaires considèrent d’ailleurs l’interim comme un véritable atout sur le plan professionnel. Il sont ainsi 84% des répondants à considérer le travail temporaire comme un moyen d’accéder à des contrats en CDD ou CDI, et quatre personnes sur 5 estiment tirer de vrais bénéfices de l’interim. Enfin, seuls 45% des intérimaires considèrent le travail temporaire comme une solution de secours en attendant un emploi stable.

A noter que l’étude s’est également intéressée aux salariés d’autres pays européens, et que les intérimaires français sont ceux qui sont le plus satisfaits par l’interim.

Postuleo, nouveau-né du recrutement

Inspiré par le fonctionnement des sites de rencontres, Postuleo est le dernier né des sites de recrutement en ligne.

Le site propose des outils modernes, comme les alertes SMS, la géolocalisation, le CV Vidéo, l’import de comptes Viadeo ainsi que des entretiens en ligne. Pensé par des utilisateurs de Jobboards, le site annonce pouvoir faciliter la rencontre entre candidats et recruteurs sur l’analyse de mots-clés. Le site propose déjà plus de 900 offres en ligne.

N’hésitez pas à faire un tour sur Postuleo.fr

86% des cadres parisiens souhaitent quitter l’Ile-de-France

Un sondage réalisé par le Journal du Dimanche et Cadremploi révèle que les cadres parisiens vivent assez mal leur situation professionnelle.

Ainsi, ils seraient 86% à songer à quitter l’Ile-de-France dans les prochaines années et même 70% à envisager une reconversion professionnelle totale.

La première raison invoquée par les cadres interrogés pour justifier ce mal-être est l’équilibre entre vie professionnelle et privée (27% des réponses). Suivent ensuite l’intérêt pour la ville ou la région et les prix de l’immobilier (18% des réponses). Ainsi, ils seraient 27% à rêver de s’installer dans le Sud-Ouest. Mails s’ils souhaitent quitter Paris, les cadres ne souhaitent pas pour autant abandonner la vie citadine : 83% d’entre eux opteraient pour une ville supérieure à 50 000 habitants.

Top 10 des meilleurs métiers de l’année 2013

2e partie de l’étude du site CareerCast cette fois consacrée aux meilleurs métiers de l’année 2013.

Cette étude prend en compte de nombreux critères comme le stress, les prespectives de carrière, le salaire, l’éloignement… Voici le Top 10 de l’année 2013.

Actuaire : Avec un salaire moyen de 67 352€, l’actuaire est à l’aise avec les chiffres. Il est celui qui conçoit et modifie les contrats d’assurance proposés aux clients en étudiant les risques encourus.

Ingénieur Bio-médical : L’ingénieur Bio-médical supervise une équipe de technicien dans le but d’optimiser les produits utilisés dans le secteur médical. Rémunération attractive et bonnes perspectives d’évolution placent ce métier en 2e position.

Ingénieur informatique : La technologie informatique étant en pleine évolution, ce métier ne souffre pas de redondance. Et avec une rémunération moyenne de 69 607€ annuels, la fonction se place en 3e position.

Audiologiste : L’audiologiste est un spécialiste des troubles de la communication liés aux problèmes d’audition. Ce métier, surtout répandu en Amérique du Nord, attire et se place en 4e position. Il demande peu d’efforts physiques et offre de belles perspectives de croissance.

Conseiller en investissements financiers : Confrontés à un large éventail de responsabilités, les conseiller en investissement conseillent les personnes et les entreprises sur leurs placements et investissements, avec à la clé une rémunération moyenne de 49 781€ annuels.

Le reste du classement est composé des métiers de dentiste, d’ergothérapeute, d’ophtalmologiste, de kinésithérapeute et d’analyste informatique.

Top 5 des pires métiers de l’année 2013

Le site d’emploi américain CareerCast a publié les résultats de son étude sur les meilleurs métiers et les plus pénibles. Et il ressort que le métier de journaliste est le grand perdant…

Cette étude basé sur des critères de risques encourus, d’environnement de travail, d’importance du stress, d’effort physiques, de perspectives d’emploi et de salaires… a dressé un classement des métiers considérés comme les plus pénibles de l’année 2013.

Les pires jobs au monde :

  1. Journaliste : Faible salaire, omniprésence du stress… Si le métier fait encore rêver beaucoup de monde, la réalité est beaucoup moins rose et le journalisme a perdu son prestige d’antan.
  2. Bûcheron : Voilà en revanche un métier qui n’a pas du faire rêver beaucoup de personnes. Peu de perspectives, des conditions de travail déplorables, faibles rémunérations… Bûcheron est l’un des pires métiers de l’année.
  3. Militaire : Certainement pour les risques encourus, qui génèrent une grande exposition au stress… Sans surprise, le métier de militaire complète le podium malgré une rémunération correcte.
  4. Acteur : encore un métier qui génère beaucoup de désillusions. Avec une rémunération moyenne de 13.39€ par heure et un taux de chômage élevé, seuls quelques élus parviennent à vivre leur rêve correctement.
  5. Ouvrier pétrolier : Travailler sur une plateforme comporte de nombreux désavantages : éloignement, risques, isolement… qui placent le métier en 5e place de ce classement.

Les métiers de fermier, métreurs, postier, couvreur et steward complètent ce Top 10

Les embauches de cadre vont ralentir au 2e trimestre

Selon la note de conjoncture de l’APEC, les prévisions de recrutement de cadres sont en recul de 4% par rapport au printemps 2012, et de 7 points par rapport à 2011. Selon Jean-Marie Marx, la cause de ce recul est bien entendu la morosié de la situation économique actuelle “qui se traduit par une incertitude plus marquée dans les intentions d’embauches des entreprises”.

Du côté des entreprises, parmi les raisons invoquées pour justifier ces promessses d’embauche, le faible taux de départ des cadres arrive en tête (57% des personnes interrogées) alors que les perspectives économiques n’obtiennent que 9%. La situation économique serait donc stable par rapport à l’année 2012 puisque seules 15% des entreprises estiment une amélioration de leur situation, tandis que 26% de celles-ci constatent une dégradation.

Comme d’habitude, les jeunes diplômés et les seniors sont les deux populations rencontrant le plus de difficultés. Concernant les secteurs d’activité, net recul pour l’industrie (-4% de prévisions de recrutement en moins), et la construction (stable après la baisse de 19% au début de l’année). Du côté des bons élèves, le commerce et le transport enregistrent une progression de 11% sur un an, malgré un léger recul au second trimestre